06 81 76 01 95
x
Grandir et se construire

Blog

Témoignage de Gaëtan du groupe CCPA

Gaëtan Rocaboy est le responsable du département avicole au sein du groupe CCPA . Cette entreprise soutient l’association dans deux projets : l’exploitation avicole de Ouidah au Bénin, et le centre de formation en aviculture d’Antsirabé à Madagascar en cours de construction.  

C’est Isabelle (présidente de l’association) qui est venu solliciter la CCPA (Conseils et Compétences en Productions Animales) sur recommandation de l’association des éleveurs de Janzé.  Elle souhaitait aider un orphelinat et  le rendre plus autonome.

L'exploitation avicole de l'orphelinat

L’exploitation avicole de l’orphelinat

Le projet consistait en la mise en place d’une exploitation avicole de 4000 poules pondeuses. La CCPA a participé à l’élaboration du projet avec la construction des bâtiments, le financement et l’acheminement du matériel qu’il était difficile de trouver sur place.  Pour ce projet, un groupe de travail avait été constitué qui se rencontrait régulièrement sur Janzé et faisait des points avec l’équipe locale.

Des projets avec son lot d’imprévus

 Un événement qui m’a marqué était l’envoi de matériels à l’exploitation de Ouidah, Bénin. Nous avons acheminé des produits par container depuis la France jusqu’à un pays voisin du Bénin. C’était les lignes de pipettes, donc si elles n’arrivaient pas en temps et en heure les poules n’avaient pas à boire dans le bâtiment. Ces pipettes se sont perdues en chemin! On les a retrouvé, mais il a fallu faire intervenir nos relais locaux pour que ça puisse passer les frontières, qu’elles puissent transiter au plus vite par camion, par taxis et autres. On a géré tout ça d’ici, c’était un petit moment de stress mais au final tout est rentré dans l’ordre et tout est arrivé en temps et en heure!

Ce qui m’a touché le plus dans ce projet c’est bien sûr la finalité de ce projet, c’est à dire aider les enfants, à  mieux vivre, à avoir accès à l’alimentation, à l’eau potable et à l’éducation. Attaché aux valeurs de partage et de solidarité entre les hommes, j’ai tout de suite été concerné par ce projet.

 

Si j’ai un seul regret, c’est celui de ne pas encore être allé sur place du fait de mon emploi du temps. Mais j’envisage d’y aller durant mes vacances.

IMG_0878Pour conclure, oui c’est vraiment le côté humain, l’aide que nous avons apporté à ces enfants qui m’a enthousiasmé; mais également le transfert de compétence, parce que le plus important c’est de ne pas dire comment il faut faire, mais d’expliquer comment faire, pour que les équipes locales pérennisent l’action réalisée ensemble. Et qu’ainsi ils puissent vivre dignement de ce qu’on a pu construire avec eux.

Un suivi des actions 

Je suis toujours les projets de très près et je suis très content de ce qui a été fait. Régulièrement on prend le temps avec Stéphane (directeur de la coopérative des poulets de Janzé) et Isabelle pour faire un point sur l’état financier de la structure, si il faut refaire des petits investissements. Par exemple nous allons prochainement rénover les sols en bétons dans les poulaillers parce que on s’est rendu compte que les poules creusent et que les fondations sont mises à mal donc on réinvestit. C’est important de garder un oeil sur ce qui est fait, on suit ça de loin mais c’est important de pouvoir échanger et partager régulièrement.

Les conditions d’un partenariat réussi 

 La clé pour un partenariat réussi, c’est avant tout une histoire de personne, de feeling avec la personne et avec le projet. Il faut savoir si le projet correspond aux valeurs de l’entreprise, ce qui a été le cas avec Espoirs d’Enfants et le facteur numéro un pour la CCPA.

Le plus important pour une grosse entreprise quand on travaille avec des ONG, des associations, c’est de ne pas faire d’ingérence. Il faut apporter ce que l’on peut leur apporter, de manière positive tout en restant en arrière, et de permettre financièrement que ça se passe bien, qu’on puisse tous avoir un impact positif sur le projet sans s’en accaparer. Ça a été très important. Que chacun garde bien sa place et que ça se fasse de manière très cordiale et positive.