06 81 76 01 95
x
Grandir et se construire

Accompagner un orphelinat qui recueille des enfants sorciers

Aider ce projet

100% des objectifs fixés atteints
100%

Nous avons besoin de votre aide pour ce projet
Faire un don

Le projet en quelques mots

Dans certaines communautés, notamment dans le Nord Bénin, lorsque les conditions à la naissance sont jugés « défavorables », les enfants  sont considérés comme porte-malheur et rejetés.

Les enfants sorciers, le drame des enfants « mal nés ».

Les enfants nés prématurément, qui se présentent à l’accouchement par les pieds ou les jambes, dont la première dent sort à la mâchoire supérieure, dont la mère meurt suite à l’accouchement ou qui ont des déformations… sont considérés comme des enfants « sorciers ». Ce sont des  enfants porte-malheur non seulement pour la famille, mais également pour la communauté.

Dans le meilleur des cas, ils sont abandonnés, secrètement, le plus souvent sur la route ou le bord des chemins, pour être finalement trouvés et amenés à une structure d’accueil ou à une institution religieuse.
C’est pour venir en aide à ces enfants considérés comme maléfique, que le Père Hyaceinth a ouvert à Parakou un orphelinat il y a 5 ans. Une vingtaine d’enfants de 4 à 16 ans y sont hébergés à l’année, des enfants sorciers et des enfants orphelins, ou considérés comme tels.
Dans cet orphelinat, véritable refuge pour ces enfants, Maman Monique leur fournit une éducation scolaire, les soigne, et leur apporte l’amour et le réconfort dont ils ont été privés.

Arrivés à l’orphelinat quelques jours après leur naissance, on ne leur raconte pas leur histoire pour les protéger. C’est pourquoi vous ne ferez pas les visages de ces enfants, que nous souhaitons préserver de toute malveillance et soutenir.

Les objectifs

• Apporter un soutien à cet orphelinat par une aide à la scolarisation et la formation professionnelle de ces enfants.
• Concourir à la couverture de leurs besoins primaires par l’aide financière, alimentaire et l’apport de différents produits nécessaire à leur bien-être.
• Œuvrer pour faire évoluer les pratiques envers les enfants dits sorciers.

Nos actions

Un don et des fournitures scolaires Termine
Le tri des affaires à distribuer entre l'orphelinat, les internats et les baraques que l'association aide au Benin.

En mars 2017, Espoirs d’Enfants a fait un don de 500 euros au Père Yaceinth et a remis des fournitures scolaires, des jeux et fournitures scolaires ainsi que des maillots de foot aux enfants.

Aide à la construction et la mise en place d'une boutique pour assurer des revenus à l'orphelinat Termine

Rendre autonome l’orphelinat de Parakou grâce au financement d’une boutique dont les bénéfices serviront à couvrir les charges de fonctionnement du centre pour le bien-être et le développement despetits pensionnaires, tel est l’action à laquelle vient de s’associer Espoirs d’Enfants.

Cette boutique permet aux élèves, parents d’élèves et habitants de s’approvisionner en divers produits (alimentation, boissons, produits d’hygiène, etc).

En savoir plus sur le contexte

Les enfants sorciers sont vus comme des « porte malheur ». La vie de certaines communautés béninoises, notamment au nord, où persistent des pratiques d’infanticide rituel, est rythmée par des croyances très fortes. Selon ces croyances, il faut « laver » la communauté de ces enfants. Ainsi, la mort de ces enfants est considérée comme une délivrance.
Et dans beaucoup de cas, même lorsque ces « enfants sorciers » survivent, ils restent stigmatisés par leurs communautés et sont souvent tenus responsables des malheurs qui s’abattent sur leur famille.
Avec des parents compatissants, l’enfant sera simplement abandonné dans la brousse ou sur la route, où il finira par mourir ou par être trouvé et sauvé par une âme. Il n’est pas rare de voir des nouveau-nés abandonnés dans beaucoup de régions du Bénin, ancienne colonie française coincée entre le Nigeria et le Togo, où la sorcellerie (juju) est une tradition ancestrale.
L’internat ouvert par le Père Hyaceinth est un havre de paix où les enfants se sentent bien. Ils sont encadrés par Maman Monique qui vit avec eux et s’occupe de leurs besoins au quotidien. Ils sont tous scolarisés dans l’établissement catholique que le père Yaceinth dirige et reçoivent un soutien scolaire à l’internat. Des événements comme une rencontre de foot avec un autre internat sont organisés pour égayer leur quotidien.

Actualités

La vie de l'association au fil du temps